Après les révélations

Après les révélations

« Traverser notre histoire »

En février 2020, une enquête sur Jean Vanier, lancée début 2019 par la direction de L’Arche Internationale, révélait notamment que le fondateur de L’Arche avait eu, depuis 1970, des relations sexuelles avec plusieurs femmes majeures, dans le cadre d’un accompagnement spirituel le plaçant en situation d’emprise. Ces agissements n’étaient pas des faits isolés, mais trouvaient leur source dans une mystique dévoyée, initiée par le Père Thomas Philippe au sein d’un groupe dont Jean Vanier faisait partie, et ce dès les années 50, avant la fondation de L’Arche.

Nombreux sont ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de L’Arche, ont été bouleversés par ces révélations, tant l’aura de Jean Vanier était grande, et tant un tel comportement était insoupçonné avant ces révélations.

En novembre 2020, la direction de L’Arche Internationale a donné à une commission d’étude la mission d’approfondir la relecture du passé de L’Arche et de celui de son fondateur, Jean Vanier. 

L’objectif fixé à cette commission est double : 1. Comprendre la trajectoire personnelle de Jean Vanier, et 2. Analyser les modes de relation entre Jean Vanier et les membres de L’Arche, savoir comment ces modes de relation ont éventuellement marqué l’identité, la culture et l’organisation de L’Arche aujourd’hui.

Cette commission est composée de neuf membres : Antoine Mourges et Florian Michel, historiens, Claire Vincent-Mory, sociologue, Pamela Cushing, anthropologue, Bernard Granger et Nicolas Jeammet, psychiatres et psychothérapeutes, Gwennola Rimbaut, théologienne, Alain Cordier, conseiller. La commission est coordonnée par Erik Pillet.

Cette commission a démarré ses travaux en novembre 2020, et restituera son rapport définitif à la direction de L’Arche Internationale en octobre 2022. Le travail de la commission est supervisé par un comité scientifique indépendant, où siègent notamment les personnes suivantes : Véronique Margron, Marie Balmary, Jean-Guilhem Xerri et Christian Salenson.

Par ailleurs, depuis l’automne 2020, plusieurs sessions « Traverser notre histoire ensemble » ont eu lieu à La Ferme. L’objectif de ces sessions à destination des membres de L’Arche est d’aider chacun à intégrer les révélations, à comprendre la mécanique de l’emprise, et à se réapproprier sa propre histoire à L’Arche.

Aujourd’hui, nous voulons redire notre soutien aux victimes des abus perpétrés par Jean Vanier et le Père Thomas Philippe, et notre reconnaissance à celles qui ont réussi à témoigner. Nous voulons continuer à comprendre ce qui est à l’œuvre dans ces comportements, et mettre en place les moyens pour que de tels agissement ne puissent pas avoir lieu à L’Arche. 

Enfin, nous redisons notre confiance pleine et entière dans la mission de L’Arche. L’Arche à une existence propre, originale, dont la valeur nous apparaît encore plus essentielle. Et cette valeur s’appuie sur l’expérience vécue dans la relation avec les personnes en situation de handicap, expérience dont chaque membre peut témoigner. C’est cela que, avant tout, nous portons.

 
La communauté de La Ferme.
Septembre 2021.